Aller au contenu

Mode observation | La belle

L'épousée - Klimt

Elle a de longs cheveux blonds, dégradés, méchés et lissés, un regard doux et ingénu, qu’elle souligne au crayon et recouvre de mascara.
 
Elle préfère réchauffer sa peau claire en utilisant un fond de teint légèrement plus foncé, le tout avec modération, car ses traits sont déjà fins et équilibrés. Elle veut rester naturelle.
 
Elle ne porte pas de bijoux et suit la version élégante et discrète de la mode : elle portait une doudoune bien cintrée, un pull à col rond, un jean, qui épousait ses longues jambes et des bottes à talon strassées.
 
Elle avait choisi son petit sac en bandoulière – parce que les fleurs rouges qui y sont délicatement brodées égayent son énergie brune et dorée.
 
Elle correspond
naturellement
à la beauté germanique
et s’y conforme,
autant par habitude que
par plaisir.
 
Elle aime prendre soin
de son apparence,
avec pudeur et modestie.
Elle apprécie
de pouvoir s’identifier
à l’archétype de la femme
féminine,
douce,
bienveillante et
conciliante.
 
Pour suivre un modèle.
Fuir le conflit.
Éviter le rejet.

L'épousée (detail modifié) - Klimt

Elle attire les regards.
Et les emmerdes.
 
En l’accompagnant une demi-heure dans le métro,
j’ai assisté à un condensé de harcèlement ordinaire
et d’objectivation sexuelle non consentie.
 
Alors que les femmes ne la remarquaient pas vraiment,
la plupart des hommes entrant dans le métro
la fixaient.
Certains, longuement, d’autres, trop longtemps.
 
Ils l’appelaient lourdement du regard,
mais elle a pris l’habitude de baisser les yeux,
pour éviter que le contact visuel
ne les autorise à l’aborder,
pour éviter la Xe approche indésirable de la journée.
 
Ses esquives n’auront pas dissuadé l’un d’entre eux,
qui lui a alors conté les histoires de son père,
qui est un voleur d’étoiles, tout ça pour ses beaux yeux.
 
Qu’elle puisse ne pas désirer la rencontre,
ni le désirer, lui,
n’est pas un prérequis à la prise de contact.
 
Relever les yeux ? Réagir ? À quoi bon ?
C’est inutile et un prétexte pour engager la conversation, toujours la même, pénible et vaine.
Et ça finit toujours pas passer.
 
Correspondance.
Quai et rame bondée.
 
Elle monte devant moi.
Je la perds de vue, puis les distingue,
elle, son sac et lui, un autre, plaqué contre son ventre.
 
Il la viole du regard, la colle et dégaine toutes ses phéromones, pour qu’elle fonde dans ses bras de dominateur. Il n’a pas manqué de glisser un mot dans son oreille de princesse apeurée – au cas où
elle n’aurait pas compris qu’il était satisfait
de ses efforts pour lui plaire.
 
Il descend.
Le sac à fleurs rouge est ouvert.
Un portable a disparu.
 
Focaliser sur le harcèlement sexuel,
pour détourner l’attention du vol.
La technique imparable pour chopper un numéro.

Pas de commentaires pour “Mode observation | La belle” Laisser un commentaire ›

Laisser un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Catégories